AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .
 

 (jaimie) friendship never end.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Admin + we have got the power



✎ MESSAGES : 353
✎ DATE D'INSCRIPTION : 12/08/2013
✎ CELEBRITE : Colin O'Donoghue

✎BUSY IN : Reporter

MessageSujet: (jaimie) friendship never end.   Jeu 15 Aoû - 5:25



friendship never end.



J'avais quitté le travail de bonne heure car j'avais une petite mission à accomplir. Une mission que je faisais depuis près d'un an : chercher mon filleul à l'école quand Jaimie ne pouvait pas. J'adorai y aller car cette petite terreur me faisait toujours grandement sourire. C'était dingue que plus il grandissait, plus il ressemblait à Charlie. Je n'étais pas loin de l'école primaire. Il avait déjà cinq ans, dire que je l'avais connu quand il avait la taille d'une crevette. J'attendais la sortie des enfants avec les autres parents. Dire que ce serait bientôt à mon tour, d'avoir un bébé. J'étais, certes, très content, mais je ne cachais pas mon angoisse face à cette paternité qui était arrivée trop soudainement. Je n'allais pas être le premier à râler puisque j'étais le principal concerné. Les enfants sortaient, certains tranquillement, d'autres en courant. Je vis de suite la petite tête de mon filleul qui était avec un de ses amis. Ca c'était avant qu'il ne m'aperçoit car il couru directement dans ma direction avec un grand sourire aux lèvres. Qu'est ce que c'était mignon un enfant ! « Tontoooon ! » On avait beau lui expliquer que je n'étais pas véritablement son oncle, il m'avait toujours appelé comme ça et j'avouais que cela me plaisait assez ! Je le pris directement dans mes bras en le soulevant du sol. Il riait et je riais moi aussi. Ce petit était une joie de vivre à lui tout seul. Il n'avait que trois ans et demi quand son père était décédé et on avait tenté de lui faire comprendre qu'il ne le reverrait jamais. Ca avait été dur, surtout pour sa mère et j'avais décidé que je serai plus présent pour l'aider. « T'as été sage à l'école ? » « Toujours ! » Il me regardait avec des yeux qui pétillaient. C'était les yeux de sa mère, mais pour le reste c'était le portrait de son père quand il était petit. Je doutais sur son objectivité sur le fait d'être sage, mais que voulez-vous c'est un gamin ! On a toujours envie de faire des conneries et je mentirai si moi, son père et Ophélia on avait été sage à son âge ! Je le reposais sur le sol pour lui prendre la main et commencer à marcher. On avait un petit rituel comme à chaque fois : on passait à la boulangerie. Je lui disais toujours de ne rien dire à sa mère. Je me ferai taper sur les doigts en disant que je le gâtais trop. « Je veux un pain au chocolat ! » Il ne fallait rien pour gâter ce gosse ! Je souris en demandant un pain au chocolat à la boulangère qui le tendit avec un grand sourire au petit. Il le dévorait des yeux. On passait notre fin journée au parc, je jouais avec lui et il me racontait les jeux qu'il avait inventé avec ses copains de classe. Ca me rappelait l'insouciance de mon enfance où je pouvais passer des heures dans une cabane avec Ophélia et Charlie à jouer aux pirates. Je regardais ma montre et il était bien temps que l'on y aille. Jaimie ne tarderait pas à rentrer et même si elle avait totalement confiance en moi, je ne voulais pas lui causer des frayeurs inutiles. On prit donc la direction de la maison. Le petit me suppliait de vouloir bien le prendre sur mon dos, et je dus me résoudre à jouer au cheval tout le long du trajet. On ferait n'importe quoi pour son filleul ! En tout cas on arrivait à destination et je le reposais sur le sol avant de sonner à la porte. Il ne fallut pas longtemps pour que Jaimie arrive. « C'est nous ! » Fis-je avec un grand sourire. « Tonton m'a acheté un pain au chocolat ! » Ce gosse ! J'avais beau lui dire de rien dire, il fallait toujours qu'il cafte !   


made by pandora.



_________________
i just feel sort of empty these days + And there's no remedy for memory your face is like a melody, it won't leave my head your soul is haunting me and telling me that everything is fine but I wish I was dead every time I close my eyes It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité




MessageSujet: Re: (jaimie) friendship never end.   Jeu 15 Aoû - 6:11


Friendship Never End
Aujourd'hui était une de ces journées où j'aurais préféré rester à la maison avec mon enfant plutôt que d'aller travailler. Les gens s'étaient tous donné le mot, j'ai eu toute la panoplie de casse-pieds, pour être polie. Entre celui qui n'était pas content de la place qu'il occupait parce qu'il n'y avait pas assez de soleil ou l'autre qui râlait parce qu'il en avait trop. J'ai aussi eu un client qui se plaignait de la carte, il trouvait que c'était dommage qu'il n'y ait pas de pizza au menu. Je me suis demandé s'il avait bien lu l'enseigne avant d'entrer. Comment voulez-vous trouver une pizza dans un restaurant chinois ? Bref, nous avons eu plus de monde que prévu et je savais bien que je n'aurais pas fini de travailler au moment d'aller chercher mon fils à l'école.  Je m'étais donc octroyé une pause de deux minutes pendant mon service pour appeler Aaron et lui demander d'aller à l'école à ma place. Aaron est mon meilleur ami, mon frère, sans lui et sans Ophélia, je n'aurais jamais réussi à surmonter la mort de Charlie. Oh bien sûr je ne l'ai toujours pas oublié, je pense d'ailleurs que je ne réussirais jamais, mais à présent, penser à lui est devenu moins douloureux.  Aaron ne fit pas de difficulter pour accepter la "mission" que je lui ai confié. En même temps, je sais qu'il adore s'occuper de son filleul, donc je ne prenais pas trop de risque en le lui demandant, mais bon il aurait pu être occupé à autre chose, si cela avait été le cas, je ne sais pas comment j'aurais pu faire. Enfin, la question ne s'est pas posé.

Je fini enfin mon travail, je savais que Aaron serait chez moi ou tout du moins qu'il allait m'y rejoindre, je ne perdis donc pas de temps et, une fois que j'avais retiré ma tenue professionnelle au profit de ma tenue de ville, je sortis et pris ma voiture en direction de chez moi. Lorsque j'arrivais à la maison, ils n'étaient pas encore rentré, mais je savais que ce n'était qu'une question de minutes. Je me demandais s'il était nécessaire que je prépare un goûter pour mon fils, après tout, tel que je connais son parrain, je suis certaine qu'il lui aura acheté quelque chose sur le chemin, il ne peut pas s'en empêcher. En même temps, mon fils est si adorable que même moi j'ai du mal à lui dire non. Rassurez-vous, je le fais quand même, mais c'est dur.  Je décidais de mettre à profit le temps que j'avais avant qu'ils ne reviennent pour faire un brin de toilette, j'avais vraiment besoin de me rafraîchir. J'allais donc sous la douche pour quelques minutes puis, lorsque je sortis et terminais de m'habiller, un coup de sonnette retentit. Je me dirigeais vers la porte et l'ouvrit pour voir Aaron, tout sourire avec mon enfant.  « Tonton m'a acheté un pain au chocolat ! ». Et voilà, j'en étais certaine. Je pris un air faussement colérique et, mon fils dans les bras, je me tournais vers Aaron  "Samuel Aaron Evenwood, tu es réellement impossible, combien de fois devrais-je te dire de ne pas gâter outrageusement ton filleul ?" Mon fils me regarda en ayant une petite bouille adorable  « Maman, il ne faut pas que tu sois fâché contre Tonton, c'est moi qui lui ai dit d'acheter un pain au chocolat...t'es pas fâché hein ? Dis, dis, dis ?» Je ne pu rester sérieuse plus longtemps et je me mis à rire. "Mais non mon petit monstre, je ne suis pas fâché après Tonton, tu arrives toujours à lui faire faire ce que tu veux." Je posais mon fils par-terre, je l'envoyais vers ses jouets qui étaient dans un coin de la pièce "Allez file" puis je me tournais vers Aaron et lui fit la bise en le faisant entrer. "Salut toi. Tu vas bien ? Tu veux un café ou quelque chose ?"



codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Admin + we have got the power



✎ MESSAGES : 353
✎ DATE D'INSCRIPTION : 12/08/2013
✎ CELEBRITE : Colin O'Donoghue

✎BUSY IN : Reporter

MessageSujet: Re: (jaimie) friendship never end.   Ven 16 Aoû - 4:37



friendship never end.



Qui ne pouvait pas craquer devant une bouille pareille ? Je ne pouvais pas supporter les petits yeux que me faisait mon filleul quand il me regardait, et ça depuis qu'il était né. Car même à sa naissance, je fondais littéralement devant ce petit bonhomme. Je l'avais souvent eu dans mes bras et ça avait toujours été dur de le rendre à ses parents. Je me demandais si je serai pareil avec mon fils ou avec ma fille, à l'avoir tout le temps dans mes bras, à force on pourrait me prendre pour un père possessif. Je ne pouvais m'empêcher de gâter les enfants, c'était plus fort que moi, alors pour mon filleul je ne comptais jamais les sous, j'aimais lui faire plaisir que ce soit pour son anniversaire ou pour Noël. Charlie m'avait souvent dit de ne pas acheter autant de choses, mais je ne pouvais m'en empêcher : j'adorai ce gosse c'était un fait. Je lui avais donc acheté un pain au chocolat sur le chemin du retour, et j'avais beau lui dire de ne rien dévoiler à sa mère, à peine l'avait-il vu qu'il avait déclaré avoir manger un très bon pain au chocolat, offert par mes soins. Il faudrait vraiment que je lui explique ce que cela voulait dire de se taire. Jaimie me réprimandait mais je savais bien qu'elle n'était pas sérieuse. Elle savait pertinemment que je ne pouvais pas m'en empêcher. « C'était au cas où que ce n'était pas bonà la cantine. La cantine scolaire, tu connais ? Mon dieu, j'en ai un mauvais souvenir personnellement. Du coup je préfère le nourrir un peu quand même... » Fis-je comme si mon explication devait être suffisante. Le petit, pensant sans doute que je me fais réellement gronder prit la parole en me défendant. Héhé mon filleul il avait la classe ! On s'entendait très bien, et il savait bien comment s'y prendre pour pas que je me fasse réellement gronder avec cette histoire. Jaimie lui disait que de toute façon il me faisait tout ce qu'il voulait. Elle n'avait pas tort, je n'arrivais pas à lui dire non. Il pourrait me demander n'importe quoi, je lui achèterai même s'il fallait que je le fasse en cachette. Je ne répondis rien, prenant même un air d'innocence. Elle le laissa aller jouer pendant qu'elle me fit entrer dans la maison. Maison que je connaissais par cœur au fil des années. « Je veux bien un café si cela ne te dérange pas. » J'avais du temps devant moi, je ne savais pas encore si j'allais rejoindre Ophélia ou non après. Il fallait aussi que j'ai une discussion avec Emily, tout était difficile en ce moment. Je n'avais pas le droit de me plaindre car je m'étais mis moi-même dans ce genre de situation. « Ca va bien, enfin, j'essaye de faire que ça aille bien ! » Déclarais-je avec un léger sourire. « C'est loin d'être facile, mais bon... J'essaye déjà de canaliser Ophélia, elle oublie par moment qu'elle est enceinte je pense, je n'ai pas envie qu'il arrive quelque chose au bébé. Puis, je n'arrive pas à croiser une seule fois Emily en ce moment alors que je voudrais vraiment lui dire que je veux divorcer. » Je roulais des yeux avant de l'observer. « Et toi ? Tout va bien ? »   


made by pandora.



_________________
i just feel sort of empty these days + And there's no remedy for memory your face is like a melody, it won't leave my head your soul is haunting me and telling me that everything is fine but I wish I was dead every time I close my eyes It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité




MessageSujet: Re: (jaimie) friendship never end.   Dim 18 Aoû - 4:02


Friendship Never End
Après que j'ai fait semblant de le sermonner, Aaron m'évoqua l'excuse bancale de la nourriture quelque peu mauvaise de la cantine scolaire. J'eus un petit sourire amusé, il est  vrai que à l'époque où j'étais moi-même scolarisé, je n'avais jamais eu un excellent souvenir de la cantine, je préférais de beaucoup les repas confectionnés par ma tante. Remarquez, c'est heureux, parce que si cela n'avait pas été le cas, cela aurait pu être vexant pour elle. Ce qui me fit me demander si mon fils préférait ma cuisine à celle de l'école. Chassant cette idée, je fronçais les sourcils en direction d'Aaron. "Ouais, il faut toujours que tu ais le dernier mot, n'est-ce pas ?" J'eus un sourire amusé et déclarait théâtralement en posant une main sur mon front "Ah Aaron, tu es ma faiblesse, je ne peux jamais t'en vouloir très longtemps...d'ailleurs je ne peux jamais t'en vouloir pour quoi que ce soit." Nous avancions dans la maison et nous installions dans la cuisine. "Non, pas de problème, en plus j'en ai toujours de prêt." Je pris deux tasses et servait mon ami puis je me servais à mon tour. Je déposais sa tasse devant lui puis je m'assis en face et bus une gorgée de mon café. Tandis qu'il me parlait de son état actuel, je l'écoutais sans l'interrompre, il avait besoin de parler de temps en temps et j'étais là pour ça. Il est vrai que sa situation n'était pas des plus heureuses. J'esquissais un sourire lorsqu'il parla d'Ophélia, j'imaginais très bien la scène. "Rassures-toi, je suis certaine que tu finiras pas réussir à dire à Emily que tu veux divorcer, de toute façon, quelque chose me dit qu'elle doit s'en douter un peu et que c'est pour cela qu'elle te fuit. Les femmes sentent ces choses-là, elles sentent lorsque l'homme avec qui elles sont n'a plus de sentiments pour elles" Ensuite, Aaron me demanda si j'allais bien. Je baissais un peu les yeux pour contempler mon café, comme s'il était devenu subitement la chose la plus merveilleuse sur terre. "Oh...comme-ci, comme-ça". Il fallait absolument que je parle à Aaron de ce qui me taraudait depuis plusieurs nuits. Je savais bien que c'était idiot, mais cela me faisait beaucoup de mal. Je baissais un peu la voix pour que mon fils n'entende pas ce que je m'apprêtais à dire, je voulais paraître forte à ses yeux, je devais l'être. Je pris la main droite d'Aaron et commençait à jouer avec ses doigts, c'est toujours ce que je faisais lorsque je lui parlais de quelque chose d'important ou de grave et je plantais mon regard dans le sien. "Je suis très fatigué en ce moment parce que...enfin c'est dur à dire, mais il faut que j'en parle. Cela fait plusieurs nuits que je vois Charlie dans mes rêves. Je sais, tu vas sans doute trouver cela stupide, mais lorsque je rêve de lui, il est là, allongé sur le sol, il m'appelle et me demande de l'aider." Je baissais de nouveau les yeux, sans lâcher la main d'Aaron. "Cela me fait tellement mal de le voir comme ça, je ne sais même pas pourquoi je fais ce rêve-là, c'est toujours le même et chaque fois que je tends la main pour l'aider...c'est là que je me réveille." Une larme coule doucement sur ma joue et je l'essuie, penser à Charlie me remue énormément, je sais que jamais je ne l'oublierais, mais cela avait fini par aller mieux, je pouvais me remémorer des souvenirs que j'avais avec lui sans être triste...jusqu'à ce que je fasse ces rêves...ou ces cauchemars, à dire vrai je ne sais pas vraiment comment les qualifier.



codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Admin + we have got the power



✎ MESSAGES : 353
✎ DATE D'INSCRIPTION : 12/08/2013
✎ CELEBRITE : Colin O'Donoghue

✎BUSY IN : Reporter

MessageSujet: Re: (jaimie) friendship never end.   Dim 18 Aoû - 5:12



friendship never end.



Je faisais tout pour défendre mon filleul. C'était comme ça. Quand il faisait une bêtise, j'essayais de tout faire pour qu'il ne soit pas puni, bien que des fois cela ne fonctionnait pas. On s'entendait bien tous les deux, même trop bien par moment. J'étais un peu le parrain/tonton qui aimait bien faire faire des bêtises au petit, avec modération bien sûr. Du coup, je parlais à sa mère du système de la cantine scolaire qui n'était pas forcément au goût des enfants et que je ne pouvais laisser mon filleul mourir de faim. Moi aussi à son âge je suppliais ma mère de m'acheter quelque chose, disant que ce n'était pas bon à la cantine. Souvent, elle ne cédait pas. C'était plutôt mon père qui m'en achetait en cachette et quand je disais durant le dîner que je n'avais pas faim, c'était lui qui se faisait disputer. C'était drôle de voir cette situation après que j'ai pris plusieurs années. Je ne pus m'empêcher de faire un grand sourire quand elle me déclarait que de toute manière elle ne pouvait m'en vouloir bien longtemps. « Je suis l'homme le plus adorable de la Terre, que veux-tu ! Personne ne résiste à mon charme ! » Déclarais-je avant de rire légèrement. Je n'étais pas le genre à me vanter elle le savait bien, et du coup j'aimais beaucoup employer l'humour. Elle me proposait de boire quelque chose et j'acceptais volontiers un café si cela ne la dérangeait pas. Je m'installais tranquillement dans le canapé en regardant mon filleul qui était en train de jouer par terre. Ça me rappelait le bon vieux temps : l'insouciance. Le fait que quand on rentrait de l'école maternelle on ne faisait rien d'autre à part manger un goûter et jouer. Cela me manquait par moment. On n'avait alors pas tout ces soucis d'adultes, et des soucis en ce moment j'en avais. Je me confiais même à Jaimie pendant qu'elle me servait le café. Elle me répondait que peut-être Emily savait-elle que je voulais divorcer et que c'était pour ça que je n'arrivais pas à la croiser. « Oui, mais reporter toujours la discussion n'est pas un truc qui forcément faire... » Je soupirais légèrement. « Merci. » Fis-je quand elle finit de me servir le café. Je pris un sucre pour le sucrer car je détestais le café noir, il n'y avait rien de plus âcre en goût. « En attendant, il faut que je lui dise au plus vite. Le bébé sera là dans cinq mois et je ne peux plus attendre quelques semaines de plus ! Il faut que j'évite aussi une confrontation entre ls sœurs, elles seraient capables de s'entre-tuer. » Je doutais qu'elles en étaient bien capables. Elles s'entendaient comme chien et chat depuis qu'elles étaient petites. Quand on était tous les trois ensembles souvent elles finissaient par se disputer et une des deux fondaient en larmes. Je lui demandais comment elle allait et elle me disait comme-ci comme-ca. Je connaissais Jaimie et je savais qu'il y avait bien quelque chose derrière tout ça. Elle vint s'asseoir près de moi avant de me prendre la main comme elle l'avait toujours fait quand il y avait quelque chose de grave. Je n'aimais pas cette posture, je ne l'avais jamais aimé. Je posais ma tasse de café que j'avais pris à la main gauche afin de me tourner totalement vers elle, en la regardant des plus sérieusement. Elle me confia alors qu'elle dormait mal, qu'elle était très fatiguée. Elle me parlait alors de son rêve et je fermais un instant les yeux. Je ne pouvais pas dire que je comprenne mais ce n'était pas loin. Il y avait des périodes où moi aussi je dormais mal, je faisais sans cesse le cauchemar de cette embuscade. Elle souffrait, une larme coulait sur sa joue et d'un revers de main je l'essuyais. « Jaimie... » Je commençais avant de parler plus bas pour ne pas que le petit entende, manquerait plus que lui aussi fasse des cauchemars. « Je sais que c'est dur et c'est normal que tu en rêves. Je pense que le fait que tu ais enterré un cercueil vide ne t'aide pas, car au fond de toi je suis sûr que tu te dis qu'il y a toujours un espoir mais... Ça va faire bientôt deux ans, dans six mois, et s'il y avait eu un espoir cela ferait longtemps qu'on l'aurait retrouvé non ? » Je ne voulais pas lui faire plus de peine, juste lui montrer une certaine réalité. Je la pris dans mes bras pour la consoler. « C'est normal que tu craques de temps en temps. Sache que je serai toujours là si tu as besoin d'en parler. Moi aussi il me manque, tous les jours tu sais... »    


made by pandora.



_________________
i just feel sort of empty these days + And there's no remedy for memory your face is like a melody, it won't leave my head your soul is haunting me and telling me that everything is fine but I wish I was dead every time I close my eyes It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: (jaimie) friendship never end.   

Revenir en haut Aller en bas
 

(jaimie) friendship never end.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Soft Friendship 802-40 noir 1,5mm Blue Sponge
» Friendship Geospin Tacky 2.mm 42°[VENDU POUBELLE MERCI!]
» Recherche anti Friendship 804 et Armstrong Attack New Anti
» Soft 802-40 Friendship A FERMER SVP
» FRIENDSHIP 729-2 SENSOR 1.8 OU 2.0 MM

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ma bande de pote :: (three) Broome is your :: North of Broome :: Habitations-